Quelle machine pour un céréalier ?

Vous avez devant vous un bol de flocons de maïs assaisonné de lait bien délicieux ou une assiette de riz blanc préparé en salade comme entrée froide. Avec le blé, les mils, l’orge et l’avoine, le maïs et le riz sont classifiés parmi les grains de céréales. Le gérant d’une exploitation agricole basée sur ces derniers est appelé : céréalier. Dans l’accomplissement de ces durs labeurs, il utilise des machines spécifiques qu’il importe de connaitre.

En quoi consiste le métier d’un céréalier ?

Le céréalier est une personne qui s’occupe d’un champ où des céréales sont cultivées. Sa petite entreprise, pouvant regrouper quelques collaborateurs, a donc pour objet des activités de plantation à moyenne ou à grande échelle de céréales. En ces termes, il use de ses efforts physiques pour travailler la terre en utilisant tous les produits d’intrants et d’extrants indispensables en l’occurrence. On note par exemples les semences, les pesticides, les engrais.

Côté organisation, il est en possession d’un calendrier saisonnier de chaque étape de production, de moisson et de récolte. Afin de protéger ses champs, il aménage une stratégie de prévention d’éventuelles catastrophes naturelles pouvant les nuire, vu que son champ constitue son gagne-pain. Un céréalier doit également détenir une certaine capacité managériale et administrative.

En plus d’une forte connaissance théorique sur les bonnes pratiques culturales, une parfaite maitrise du maniement pratique de la machine pour un céréalier est aussi de rigueur.

Sachez que c’est le métier qui détermine les matériels à utiliser

Disposer des matériels nécessaires dans l’accomplissement de vos tâches est très important dans la mesure où cela est primordialement la source de votre motivation. C’est également un facteur incontournable pour aboutir à un taux satisfaisant de productivité.

Un céréalier a besoin des machines et instruments traditionnels que tous les agriculteurs utilisent. Un véhicule à grandes roues ou à chenilles, le tracteur aidera le céréalier à transporter ou à remorquer. Si l’intéressé veut labourer la terre, une charrue doit être à sa portée. Ce matériel va retourner la terre afin de faire renaitre une composition plus qualitative.

Le déchaumeur constitue aussi une machine pour un céréalier. Étant un instrument aratoire, ceci a pour utilité d’enfouir les chaumes et de désherber le sol superficiel en vue d’améliorer sa qualité. Le semoir, quant à lui, est employé pour le semis de graines pour une sorte de distribution de graines. Si vous souhaitez éparpiller un produit liquide ou en poudre sur votre champ, utilisez un pulvérisateur. Dans la période de la moisson, une moissonneuse batteuse est destinée au coupage ou à la cueillette selon la culture à récolter.

La machine d’un céréalier, un mode d’emploi spécifique

Apparue en XVIIIe siècle, la mécanisation des tâches a abouti à l’invention de machines indispensables dans plusieurs secteurs, mais surtout agricole. De cela donc a été construite la machine pour un céréalier. Les principaux objectifs sont de réduire la main d’œuvre, de gagner du temps et ainsi faire booster la productivité et les valeurs ajoutées.

Toutefois, il faut savoir que manier de telle machine spécifique requiert des précautions et disciplines particulières à prendre en compte. Le tracteur est soumis à une limite de vitesse de 40 km/h en général et de 25 km/h en plein remorquage. Aussi, le conducteur doit être âgé de 16 ans au minimum.

Le maniement desdites machines nécessite que le céréalier ait dispensé d’une certaine connaissance en mécanique. Cela est essentiel pour la lecture des guides d’emploi. Parfois même, l’octroi de formation spécialisée est obligatoire pour les utilisateurs. La prudence est aussi à ne pas négliger, car aucun métier n’est sans risque.

Les avantages du silo tour pour l’inertage des céréales
Choisir une alimentation riche en minéraux pour l’élevage